In the mood for blood

Alors j’avais l’idée de faire un super article sur la sororité, le partage. Un truc un peu beau et idéaliste sur la fameuse “solidarité féminine”. Une allégorie de la 4eme vague féministe que nous vivons actuellement avec sa liberté de parole et ses engagements nouveaux, libérés des carcans de nos mères… Bref, j’étais lyrisme et bienveillance, amour et Toddisme, tout se déroulait à merveille. 

Je voyais déjà les accroches “la révolution sera féministe”, “les femmes dirigent le monde, coming soon”. 

J’ai cette certitude qu’à force de souffrances et d’oppression, nous les femmes avons développé une sorte de super pouvoir de résistance. Résistance aux cons, résistance à la douleur, résistance aux traitements infamants, résistance au patriarcat, et j’en passe…

Par exemple pour certaines d’entre nous, plusieurs jours par mois, plusieurs fois par an, le syndrome prémenstruel  nous fait nous sentir comme une baleine à bosse échouée sur une côte canadienne. Dans ce genre de moment, on est un peu nos pires ennemies. Nos hormones nous en veulent. Plutôt que de célébrer joyeusement la fin d’un cycle, un renouveau menstruel, d’être hyper euphoriques et d’avoir envie d’embrasser le monde entier (quoi la MDMA?) , on a plutôt envie de tuer tout le monde (et soi en premier). Ne vous leurrez pas, notre capacité d’autokill peut très vite se retourner contre n’importe quel-le abruti-e si le contexte est justifié… 

Les femmes résistent à ça. Elles résistent aussi aux douleurs de règles, aux violences gynécologiques récurrentes, aux réflexions sexistes quotidiennes. 

Elles ont appris très tôt que pour survivre dans cette société patriarcale, il fallait s’adapter, donner le change, rester à sa place, mais pas trop; être jolie, mais pas trop. Elles ont intégré que l’existence est effort, que la survie est lutte. 

Les femmes sont techniquement mieux préparées à la révolution. Leur conditionnement à accepter la violence gratuite et quotidienne est pourtant à double tranchant. Elles peuvent soi en prendre conscience et en faire une force, transformer cette capacité en ce fameux super pouvoir dont je parlais plus tôt, soit se laisser totalement écraser, et perdre toute inclinaison pour le combat. 

Bref, j’étais donc amour et luttes, quand, soudain… Elizabeth Lévy… Eugénie Bastié…

La nausée, comme ça, paf, au réveil….Mon SPM bien présent, je réfute l’hypothèse d’une grossesse non désirée… 

Ma faculté actuelle à prendre les choses avec philosophie étant extrêmement restreinte, et le risque que j’en appelle au bûcher étant en train de passer du orange au rouge, je prend le parti de refaire monter mes taux d’endorphines et d’ocytocine avant de pousser le sujet plus avant. 

On se reparle la semaine prochaine, je vais aller méditer… 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :